4 bons réflexes pour soigner une brûlure au 2ème degré

Une brûlure au 2ème degré doit d’abord se soigner chez vous. C’est votre réactivité qui permettra à la peau de cicatriser au mieux, avant même tout éventuel avis médical. Sachez reconnaître le taux de gravité d’une brûlure pour effectuer les bons gestes.

Comment reconnaître une brûlure au 2ᵉ degré ?

Les brûlures dites superficielles sont celles qui touchent les premières couches de l’épiderme. On distingue ainsi :

  • Les brûlures au 1er degré : la peau est rouge, comme dans le cas d’un coup de soleil. Elle reste sèche et il n’y a pas de cloque apparente.
  • Les brûlures au 2ᵉ degré superficielle : la peau est rouge ou rosée. Des cloques (aussi appelées phlyctènes) peuvent apparaître, certaines peuvent être ouvertes.
  • Les brûlures au 2ᵉ degré profond : la peau est d’un rouge mat avec des zones plus pâles, voire blanches. La couche supérieure de la peau a alors disparu.
  • Les brûlures au 3ᵉ degré : la peau fonce, elle devient brune, ou noire.

Au quatrième degré, le pronostic vital d’une personne peut être engagé. Pour les autres degrés, si la surface brûlée est inférieure à la taille d’une pièce de deux euros, les premiers soins (voire les suivants) peuvent s’effectuer sans médecin.

Informé de votre protocole de soins, il vérifie à la fois que vous prenez les traitements qui vous ont été prescrits et que vous y réagissez bien. Il s’occupe aussi des éventuelles injections et de la surveillance de votre cathéter appelé aussi PAC ou chambre implantable.

L’infirmier constitue le lien entre vous et l’ensemble du personnel soignant. C’est lui qui fera remonter vos éventuels soucis et qui vous aidera à les soulager en appliquant les recommandations des médecins. 

 

Première étape : refroidir la brûlure

 

 C’est la réaction que vous aurez peut-être spontanément : passer immédiatement votre peau brûlée sous de l’eau fraîche. Faites couler l’eau du robinet pendant une quinzaine de minutes pour calmer la douleur, mais aussi pour éviter que la brûlure ne s’étende à des couches plus profondes de l’épiderme.

Pour faire baisser la température de la peau, vous pouvez aussi la tremper dans une bassine remplie d’eau tiède. Si possible, enlevez les bagues ou autres bijoux : la peau risque de gonfler et ils pourraient provoquer des frottements.

Évitez par contre d’utiliser de la glace ou de l’eau glacée, ce qui aurait pour effet d’endommager les tissus.

 

Deuxième étape : nettoyer la brûlure

 Afin d’éviter tout risque d’infection, vous allez nettoyer la zone brûlée. C’est d’autant plus important si des cloques sont apparues. Privilégiez si possible un antiseptique ne contenant pas d’alcool : celui-ci aurait pour effet de dessécher la peau. Or, l’hydratation est importante pour que la peau se reforme.

Ne percez pas les cloques, ou seulement si elles sont trop douloureuses. Procédez alors avec des ciseaux correctement désinfectés. 

 

Troisième étape ; réhydrater la peau

Comme nous l’avons dit, l’hydratation est importante dans les soins d’une brûlure au 2e degré. Vous pourrez utiliser des crèmes spécialement conçues pour les brûlures. 

Le cas échéant, selon ce que vous avez chez vous et le niveau de la brûlure, il est également possible d’appliquer de l’aloé vera ou du miel médicinal (connu pour ses propriétés cicatrisantes et antiseptiques).

 

Quatrième étape : bander la plaie

Il faut ensuite protéger la peau pour qu’elle ne s’infecte pas. Vous utiliserez une compresse stérile, et un bandage (si possible qui ne colle pas à la peau). 

Ce pansement devra ensuite être changé une fois par jour. S’il adhère à la brûlure, faites tremper la zone blessée dans de l’eau tiède facilitera l’opération. 

Ce sera aussi l’occasion de renouveler l’application de crème hydratante adaptée aux brûlures. 

 

Une brûlure du 2ᵉ degré est considérée comme guérie lorsque la peau est sèche, sans présence de cloque. Cela peut prendre de une à deux semaines, même si la peau reste rouge plus longtemps. La zone cicatrisée devra ensuite être protégée du soleil pendant au moins un an.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0